L'HUMANITÉ - 31 OCTOBRE 1995 -

 

 

Une certaine forme d’exclusion

Michel Kawnick de l’Association française d’information funéraire

La mort est-elle un sujet tabou ?.

Elle l’est devenue. Le public a modifié son comportement face à la mort pour des raisons liées aux mentalités, à la religion, à l’éclatement de la cellule familiale mais aussi au coût élevé des obsèques. En fait, on s’attache plus aujourd’hui à cultiver le souvenir des morts qu’aux rites funéraires eux-mêmes. C’est la société qui a changé. Lorsqu’une personne âgée tombe malade, elle est d’autant plus exclue de la société qu’elle entre dans le circuit souvent inhumain des hôpitaux. On parle de longue maladie pour éviter d’évoquer la mort. Cela dérange. Et on est entré dans une période où la maladie voire la retraite sont malheureusement considérées comme un coût, un poids pour la société.

Cela vous révolte ?

D’une certaine manière oui. Car je crois aussi que les scandales à répétition et les magouilles des entreprises funéraires ont contribué à rendre taboue la mort. Enfin, les catafalques devant les portes ont disparu. On ne porte plus le deuil devant ses voisins. Les corbillards sont totalement banalisés, certains ressemblent même à des véhicules de livraison de chez Fauchon...

 

 

        ...Pour Michel Kawnick, << la famille ne dispose d'aucun libre choix. C'est en particulier vrai pour les chambres funéraires ou funérarium qui      fonctionnent comme un  véritable système de captation de clientèle. Aujourd'hui, les morgues d'hôpitaux tendent à disparaître au profit des chambres funéraires. Les familles ne savent pas que l'infirmier ou le morguier de l'établissement les dirige vers une société privée qui   amènera le corps - un plus à payer - vers un funérarium, où les parents pourront veiller le mort,  mais en s'acquittant de 1.500 francs, 2.000 francs, voire 3.000   francs. Elles ne savent pas que l'hôpital a passé une convention avec une entreprise funéraire privée parce que l'établissement ne peut pas héberger le corps >>...

 

 

< Reportage précédent        Reportage suivant >

 

Retour Association Française d'Information Funéraire infos@afif.asso.fr