LE MONDE FUNERAIRE - MARS 1998 -

 

La France est le seul pays

européen a voir admis une

telle politique

1 La loi de 1904 qui devait initialement
protéger les citoyens a surtout favorisé,
grâce à d'habiles manœuvres, la mise en
place d'un système qui accordait 50 % du
marché des obsèques à un seul
bénéficiaire.

2 Cette conjoncture malsaine est
directement responsable de l'arrivée
d'opportunistes puis a été le meilleur allié
de leur croissance. Sans professionnalisme
ni sérieux, les familles ont été confrontées
à d'autre formes de scandales, de faillites
frauduleuses, d'escroqueries par les
contrats de prévoyance non reversés aux
compagnies d'assurances, d'exercices
sans habilitation préfectorale, etc...

De même, il est évident que :

3 Une volonté acharnée d'ententes illicites,
de non transparence, de pratiques
anticoncurrentielles et de soultes occultes
(décision n° 79-17 du Ministère de
l'Economie) a dévalorisé l'image de cette
activité aux yeux de la population.

4 La puissance financière et les lobbies
décidaient sans appel de la distribution des
parts de marché.
90 % des entreprises familiales
professionnelles et offrant un bon rapport
qualité prix étaient reléguées au rang de
spectateur, sans pouvoir se démarquer ni
obtenir une juste reconnaissance du
public. Celles-ci ont cependant été
contraintes de supporter le préjudice causé
par les actes répréhensibles précédemment
décrits.

 

< Reportage précédent       Reportage suivant >

 

Retour Association Française d'Information Funéraire infos@afif.asso.fr