SÉLECTION DU READER'S DIGEST - FÉVRIER 1998 -

 

OBSÈQUES

mode d'emploi

                                                   ... N'hésitez
donc  pas  à  mettre les  entreprises
en  concurrence  en leur demandant
des devis détaillés, conseille Michel
Kawnik,   président  de l'Association
française    d'information     funéraire
(AFIF).

Les chambres mortuaires

La plupart des décès   ayant   lieu  à
l'hôpital, en clinique  ou  en   maison
de retraite, la  loi oblige  ces établis-
sements  à mettre gracieusement  à
la    disposition   de   la  famille   une
chambre   mortuaire  pendant    trois
jours. Si ces établissements n'en pos-
sèdent  pas ou  en  refusent l'accès,
vous  êtes  alors  en  droit  de leur de-
mander  d'assurer,   à   leur  frais,  le
transport   et   le  séjour   dans    une
chambre   funéraire   (les   trois  pre-
miers   jours    étant  à  leur  charge).
Même si une chambre mortuaire est
moins  bien  équipée  pour  l'accueil
des familles,  souvenez-vous qu'elle
est  gratuite,  contrairement au funé-
rarium. Et soyez vigilants.
      - Certains établissements font si-
gner aux familles une autorisation de
transfert du corps vers une chambre
funéraire   privée,   raconte     Michel
Kawnick.   Sauf   choix   délibéré  de
votre part, ne signez pas ces papiers.
C'est illégal. Sachez qu'il peut aussi y
avoir  des  pressions  afin  d'imposer,
pour  les  obsèques,  l'entreprise   de
pompes  funèbres  propriétaire  de la
chambre funéraire.

 

< Reportage précédent       Reportage suivant >

 

Retour Association Française d'Information Funéraire infos@afif.asso.fr