LE MUTUALISTE RATP

n° 128

 

Décès d'un proche :

Comment organiser les obsèques

 

Un décès survenu doit être déclaré dans les 24 heures à la mairie de la commune où il a eu lieu. Les entreprises de pompes funèbres peuvent être mandatées pour effectuer cette formalité. Hôpitaux et maisons de retraite s'en charge gratuitement. Pièces à présenter : certificat médical constatant le décès, livret de famille ou pièce d'identité du défunt et justificatif d'identité de la personne déclarante. Il faut demander au moins une quinzaine de copies de l'acte de décès. Elles serviront pour les formalités avec de nombreux organismes (sécurité sociale, caisse de retraite, banque...).

Plusieurs devis
Après un décès, Michel Kawnick, président de l'AFIF (Association française d'information funéraire) souligne que l'on dispose de 6 jours ouvrables, dimanche et jours fériés non compris, pour organiser des obsèques. Rien ne presse, donc.
Avant de se déplacer, il conseille d'interroger par téléphone les entreprises de pompes funèbres : montant des honoraires et des démarches, premiers prix pour un cercueil équipé (pour une inhumation, une crémation ou zingué pour un transfert à l'étranger), coût du corbillard, des porteurs et leur nombre, prix kilométrique (aller retour) ou fret aérien pour un transport... Si une entreprise refuse de répondre par téléphone, raccrochez sans hésiter.
Une personne amie moins déstabilisée psychologiquement  sera précieuse lors des entretiens. Demandez des devis écrits à au moins deux entreprises. Et faites-vous préciser des termes flous comme "organisation du service" ou "hommage au défunt".

Transport du corps
Si le décès a lieu dans un hôpital, une clinique ou une maison de retraite, la loi prévoit que le corps pourra être hébergé gratuitement dans sa chambre mortuaire pendant trois jours. En l'absence d'une telle installation, c'est à l'établissement de prendre en charge financièrement son transport et son hébergement pendant les trois jours dans un funérarium privé. Mais, si le transfert est effectué à la demande de la famille, c'est elle qui en assume le coût. Cette "subtilité" n'est pas toujours précisée. Lisez bien l'autorisation de transport avant de signer et écrivez : "Le transport se fait à la demande du directeur de l'établissement sans frais pour la famille".

Financer ses obsèques
Les frais d'obsèques peuvent être réglés en utilisant les biens du défunt. Le maximum de prélèvement autorisé est de 3 049 euros (20 000 F), soit plus que la moyenne des dépenses habituelles. On peut toujours diriger un lettre expliquant ses volontés et laisser une somme équivalente à un devis d'obsèques sur un compte épargne.
En outre, différentes formules des contrats d'assurance prennent en charge le financement et/ou l'organisation des obsèques. Certaines prestations ayant entraîné de nombreuses déconvenues pour les familles, l'AFIF recommande de ne contracter qu'avec une société d'assurance ou un mutuelle. Le mieux étant d'attendre l'application de la nouvelle loi sur les opérations funéraires proposées par le sénateur Jean-Pierre Sueur.

La crémation
Enfin, moins coûteuse que l'inhumation, la crémation se développe en France et concerne actuellement plus de 20 % des décès. Davantage de crématoriums (une centaine), des raisons socio-économiques comme l'éclatement de la famille, l'évolution des croyances et... les progrès de l'écologie expliquent cette croissance.
Pour des raisons techniques, un certificat médical doit attester que la personne ne porte pas de stimulateur cardiaque. Selon les dernières volontés du défunt, ses cendres seront, soit dispersées dans "le jardin du souvenir" du cimetière, soit n'importe où en France (sauf voirie et jardins publics). Une urne funéraire peut être conservée à domicile. La "dernière demeure" n'est pas forcément très loin...

Nadine ALLAIN

POUR EN SAVOIR PLUS
L'AFIF (Association d'information Funéraire) est complètement indépendante et répond gratuitement aux questions des particuliers.
Elle propose des informations très utiles sur son site web : tarifs de sociétés agrées, planning des démarches, lettres-types...
Tél. : 01 45 44 90 03 (24h/24) www.afif.asso.fr

 

< Reportage précédent         Reportage suivant >

 

Retour

Association Française d'Information Funéraire